*
Bannière horizontale
Menu
Horaires
vertical

SOUTIEN A LA PARENTALITE

     ENTRETIENS FAMILIAUX

          SEJOUR FAMILIAL

              "INVESTIR SES VACANCES"

 

LE SOUTIEN A LA PARENTALITE

Cette action a été mise en place courant 2008. Elle présente plusieurs axes de travail.

  • Nous avons présenté cette action aux différentes écoles primaires locales. En effet, les enfants repérés pour certaines problématiques en primaire, le sont bien souvent ensuite au collège. Rencontrer les enfants et les parents par ce biais nous permet ainsi d’établir un premier contact avant l’entrée au collège. Ces prémisses de liens peuvent se développer à travers les minis séjours ou les sorties que nous organisons. Ceci nous permet d’avoir un aperçu des problématiques du jeune et/ou de sa famille, dans l’objectif de proposer une orientation adaptée. Nous travaillons avec différents interlocuteurs et partenaires (ASE, PJJ, SPM, CMS, clubs sportifs). Reste que la démarche vers une consultation psychologique, voire une thérapie familiale, demeure extrêmement difficile à mettre en place ; cela reste sans doute lié aux représentations stigmatisantes de la folie à l'oeuvre ici comme ailleurs.
  • Les parents rencontrés dans ce cadre ont bien souvent besoin d’être écoutés, d’échanger autour de leur position éducative, d’être rassurés aussi dans un premier temps. Puis, nous pouvons tenter de définir des objectifs afin de les conforter dans leur rôle structurant auprès de leurs enfants. Le soutien familial s’inscrit pleinement dans une volonté de prévention auprès de ces jeunes et de leur famille. Il peut aussi engendrer un accompagnement individuel.
  • Nous avons également une approche des jeunes majeurs en situation de rupture familiale, voire en errance. Dans ce cas, une rencontre avec les parents peut être proposée ou non. Selon la situation, il n’est pas toujours pertinent de travailler avec la famille. L’accompagnement peut avoir pour objectif l’autonomisation du jeune et la prise en considération de relations familiales parfois sclérosées. Là encore, le partenariat et le réseau s’avèrent précieux : pour les mises à jour administratives, la recherche d’hébergement, l’obtention d’aides diverses (alimentaire, financière), de formation ou d’emploi. On peut observer qu’il ne va pas de soi d’avancer dans la vie quand la solidarité et la présence familiale n’est pas de la partie. Cette situation entraîne des fragilités qu’il va falloir travailler avec le jeune pour qu’il ne perde pas confiance en lui, qu’il ne se laisse pas submerger par des émotions décourageantes.
  • Enfin concernant un nombre important de plus de 25 ans, cette action  touche des adultes qui ne vivent plus avec leurs enfants, suite à un placement ou une séparation conjugale. L’objectif de la sollicitation va alors être de chercher de l’aide, de l’appui, pour maintenir ou recréer des liens avec leurs enfants, parfois aussi, en solliciter la garde ou le droit de visite. Dans d’autres situations, il peut s’agir de familles qui nous sollicitent pour chercher un soulagement face au désœuvrement ou aux problèmes psychiatriques d’une personne de leur entourage.  Là encore, notre rôle, dans un premier temps, va être d’écouter puis d’accompagner ces familles et ces individus.

[Retour]

LES ENTRETIENS FAMILIAUX

Quels objectifs ?

L’objectif de cette action est de permettre à la famille de mobiliser ses propres ressources, ressources nécessaires à son évolution et à l’amélioration des relations entre ses membres.
Les temps de rencontre programmées doivent permettre à chacun d’exprimer son inquiétude, d’aborder ses difficultés, à ses membres de trouver ou retrouver sa place dans le groupe familial.
Ces temps de rencontre ne se substituent aucunement à une thérapie familiale ou individuelle mais ont pour objectif une première approche, afin de déceler ce qui peut être travaillé. Nous pourrons également orienter les familles volontaires vers des instances de consultation compétentes.

A qui s’adresse cette action ?

Les entretiens familiaux s’adressent aux familles vivant des difficultés relationnelles. Partant du postulat que lorsqu’un membre d’une famille est en souffrance cela a des répercussions sur l’ensemble de la famille, certaines problématiques peuvent se cristalliser sur un ou plusieurs membres de cette famille. Nous proposons cette action aux parents qui se sentent démunis, désavoués, voire isolés afin de permettre des relations plus fluides au sein de la famille.

Qui mène cette action ?

Une conseillère en économie sociale et familiale du CSC Victor Schoelcher ainsi qu’une éducatrice spécialisée du SPS de Cronenbourg, toutes deux formées en intervention systémique.

Comment ?

Ces rencontres, les entretiens familiaux, sont basées sur une approche dite systémique reposant sur les théories de la communication et du fonctionnement des systèmes.
Pour que ces entretiens prennent tout leur sens, il est important que tous les membres de la famille puissent y participer.

Avec quels partenaires ?

A partir de repérages scolaires, nous proposons à des familles de les rencontrer sur le mode de l'entretien familial. Dans un premier temps, nous nous basons sur les acteurs scolaires qui peuvent proposer aux familles de nous rencontrer lorsque des enfants sont repérés pour des troubles du comportement (mal être, agressivité, inhibition etc). Si la famille le souhaite, un premier rendez-vous peut être fixé avec l’ensemble de ses membres.
Cette action est régulièrement présentée à tous les partenaires du secteur susceptibles de rencontrer un ou plusieurs membres d’une même famille souffrant de difficultés relationnelles et éducatives ou vivant des évènements difficiles (séparation, déménagement, décés, etc.).

Où ?

Les rencontres avec les familles se réalisent dans une pièce du local du Service de Prévention Spécialisée aménagée à cet effet. Ce lieu permet le respect de la discretion, se veut propice à la détente et doit permettre à la parole de se libérer et de circuler.

Quelle durée ?

Les séances d'entretiens familiaux peuvent durer environ une heure à raison d’une séance tous les quinze jours.

Selon la situation rencontrée, nous avisons le nombre de séances recommandées. Elles ne perdurerent pas au-delà de six mois.

La nouveauté introduite par ces deux actions est d’avoir facilité un travail avec les écoles primaires et plus particulièrement avec l’école Langevin.

Le public féminin restant plus discret, nous développons depuis début 2010 un accueil spécifique réservé aux jeunes filles dans les locaux du collège Sophie Germain à Cronenbourg.

[Retour]

LE SEJOUR FAMILIAL "INVESTIR SES VACANCES"

Réalisé avec les secteurs Vie Sociale et Familiale, Animation Globale et le Service de Prévention Spécialisée de l'association du CSC Victor Schoelcher depuis 2007, le séjour familial est une action concrète et pertinente en direction des familles. Le séjour concerne 40 à 50 personnes chaque année : des parents, essentiellement des mères isolées, accompagnés de leurs enfants de 2 à 18 ans.

  • Cette action permet aux participants de s’inscrire positivement dans la programmation et la réalisation d’un projet concret, leur départ en vacances, expérience réussie qui pourra être transposée dans d’autres domaines de leur vie. Elle constitue aussi l’occasion pour les parents de se situer en posture éducative vis-à-vis de leurs propres enfants et de ceux des autres parents membres du groupe.
  • Cette action a pour présupposé une implication et une autonomie importante des participants. La phase de préparation (rencontres des participants, réunion de préparation, sorties et week-ends) est particulièrement importante et s’inscrit sur une longue période : 6 mois, de janvier à juin.
  • 3 professionnels encadrent la totalité du projet de départ en vacances : la conseillère en économie sociale et familiale, l'animatrice globale du CSC et un éducateur du SPS Cronenbourg.

Un projet vise l’aménagement de cette action par la mise en œuvre progressive de deux autres séjours dans l'année, ceci dans une perspective de diversification des lieux (montagne et campagne), des saisons (hiver et printemps) et une diminution du taux d’encadrement (un ou deux salariés au lieu de trois).

Les séjours familiaux ont tous eu lieu sur la côte Atlantique ouest, en bord de mer (Vendée et Bretagne), mais, pour juillet 2012, le lieu prévu est celui de La Grande Motte (34) dans le sud de la France.

 [Retour]

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail